Entrepreneurs et indépendants : conseils pour bien s’organiser, limiter la procrastination et le perfectionnisme

par | 14 Sep 2023

L’organisation est une compétence essentielle dans l’entrepreneuriat.

Souvent sous-estimée, elle fait pourtant toute la différence dans l’expérience entrepreneuriale. Son impact sur la réussite de votre activité et plus généralement de vos projets est non négligeable. Un manque d’organisation peut conduire à du stress inutile, de nombreuses frustrations, à des erreurs et des échecs qui auraient pu être évités…

Chez l’Agence Elona, nous proposons un service de conseil en communication et en marketing, mais derrière les blocages, le manque de résultat et les projets qui n’aboutissent pas, il y a souvent un grand manque d’organisation.

Parmi les personnes que nous accompagnons, dans 80% des cas, l’organisation pèche. Reports de coaching, création de site qui traînent, délais et engagements non tenus… Autant de freins dont on pourrait se passer !

Bonne nouvelle, le “je ne suis pas organisé(e)” n’est pas une fatalité. L’organisation est une VRAIE compétence qui s’apprend et se développe.

C’est un véritable atout quand il s’agit de développer efficacement son activité. 🙏

Aujourd’hui, je ne viens pas réinventer la roue ou vous présenter des techniques d’organisation farfelues. Je souhaite vous partager celles que j’ai personnellement mises en place dans mon quotidien.

Férue d’organisation, je pense sincèrement que mes compétences en organisation m’ont beaucoup aidée, autant dans ma vie professionnelle que personnelle.

2 pré-requis à une bonne organisation

Être bien organisé.e, c’est travailler mieux. C’est être plus rapide et efficace, que ce soit pour vous dégager du temps pour vous ou accomplir plus de tâches en un temps réduit. C’est améliorer la qualité de votre travail et garder une vie personnelle saine & épanouie.

Il y a 2 éléments clés qui pourront déjà vous aider à tenir plus aisément une bonne organisation.

Avoir des objectifs clairs

Que ce soit pour organiser votre travail au quotidien, prioriser vos actions ou simplement rester motivé.e, vous devez savoir parfaitement où vous aller. 🎯

Sinon, c’est papillonnage et diversion assurés : vous tournerez en rond sans jamais réellement avancer, changerez toujours de cap, douterez constamment…

Nous parlons ici d’objectifs concrets, précis, réalistes et mesurables. Idéalement, il s’agit d’objectifs dits “SMART”.

Il n’est pas forcément question d’avoir un objectif défini à 5 ans mais au moins de savoir ce que vous cherchez à réaliser ou à atteindre dans les mois à venir.

Quel chiffre d’affaire visez-vous et pourquoi ? Quelles sont les projets à prioriser et ceux qui peuvent attendre ? Quelles sont vos délais et vos contraintes ? Avez-vous des objectifs personnels qui vont impacter votre travail ?

Les réponses à ces questions vous permettront de définir l’organisation qui vous convient le mieux et de planifier un quotidien RÉALISTE de sorte à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.

Travailler sur votre état d’esprit

Manque de confiance en vous, manque de légitimité et syndrome de l’imposteur, impatience, manque de discipline, anxiété et ruminations… L’entrepreneuriat vient avec son lot de doutes 😵

L’aventure entrepreneuriale est faite de hauts et de bas. On fait tous des erreurs et tout ne fonctionne pas du premier coup. On essuie des échecs, on est déçu, on recommence, on réessaye… Parfois, le tout prend beaucoup de temps et l’entrepreneuriat exige de la persévérance, de la détermination et de l’auto-discipline.

Plus vous aurez un mental solide, plus il vous sera facile de vous relever, de recommencer et d’avancer dans l’aventure. Si vous ne croyez pas en ce que vous faites, vous risquez de perdre confiance, de désespérer ou d’abandonner à la première difficulté.

Chez Elona, Coline est praticienne PNL et accompagne nos clients en coaching PNL dans le cadre de leur activité de façon ponctuelle ou plus durable.

Pourquoi ? Car beaucoup de croyances limitantes et de blocages psychologiques peuvent freiner le développement de votre activité.

Ces blocages se retranscrivent dans l’organisation : quand on ne parvient pas à aller au bout de ses projets, qu’on procrastine… Le problème n’est pas toujours dans le manque d’organisation – ce n’en est qu’un symptôme – mais il est dans notre tête ! 😉

Gérer votre temps et vos priorités

Le temps est l’un des biens les plus précieux dont vous disposez : prenez-en soin ! ⏳

Bien s’organiser, c’est avant tout bien gérer votre temps. Sans même parler de productivité, il s’agit simplement de faire en sorte de maitriser le temps que vous passez à faire telle ou telle chose. Pour une même tâche, une personne organisée peut passer 1h là où une personne non organisée pourra en passer 3.

Ça fait toute la différence parce que vous pouvez utiliser ces 2h de gagnées pour avancer sur d’autres choses mais aussi pour vous reposer, profiter de votre temps libre…

Ne pas surcharger l’agenda, prévoir large et ne pas sous-estimer le temps nécessaire pour telle ou telle tâche

C’est mon premier conseil lorsqu’il s’agit de gérer votre temps et celui qui pourra déjà vous décharger d’un stress inutile.

Beaucoup d’indépendants, surtout lorsqu’ils commencent, ont tendance à sous-estimer le temps à consacrer à telle ou telle tâche.

Résultat : ils sont débordés, s’éparpillent, se mettent une pression pas possible et s’engagent sur des délais qu’ils ne savent pas tenir. Tout ça entrainant stress, irritabilité et fatigue physique et émotionnelle pour un rythme qu’ils se sont eux-mêmes imposé. Rien de très réjouissant. 😖

Personnellement, je vous conseille de ne pas prévoir 2 à 3 tâches principales par jour pour laisser de la place aux débordements, aux imprévus et à la spontanéité. Je vous conseille aussi de toujours prévoir un battement de 15 ou 30 minutes entre 2 tâches ou 2 RDV. Si vous ne l’utilisez pas, tant mieux, mais la plupart du temps, il vous sera utile.

Votre planning sera plus réaliste et vous serez plus satisfait en fin de journée. Si votre agenda est trop rempli, vous ne saurez jamais tout faire et vous toujours insatisfait.

Le Batch Working

Le “batch working” est une méthode réputée dans le monde de l’organisation pour de bonnes raisons. Elle consiste à regrouper les tâches de même nature et à les réaliser dans un créneau de temps dédié.

Par exemple, au lieu de répondre à mes e-mails ou passer mes factures au fil de l’eau, je bloque un temps quotidien pour répondre à tous mes e-mails et un temps hebdomadaire pour m’occuper des factures.

De la même façon, plutôt qu’écrire un article de blog à la fois et de les publier un à un, je bloque un temps d’écriture pour en écrire 3 ou 4 puis un temps de programmation pour tous les mettre en page et les planifier.

C’est une méthode qui part du constat qu’à chaque fois qu’on (re)commence une nouvelle tâche, il nous faut 5 minutes pour nous remettre en action, être concentré et entrer en mode “croisière”. 🛥️

Disons que je mets 1h à écrire un article. Je mettrai donc 3h05 à écrire 3 articles si je les écris d’un coup (je compte 5 minutes de “mise en route”). Par contre, si j’écris mes articles par tranche de 30 minutes, à des moments différents, quand je “trouve” le temps, je mettrai (30+5)23 = 210 minutes soit 3h30. Et hop, j’ai déjà perdu une demie heure ! Quand on fait ça pour tout, on perd facilement 1 à 2h par jour.

Il peut être tentant de faire des petits morceaux de tâches à droite et à gauche, mais en réalité, sans même prêter attention aux chiffres, il est plus agréable, plus simple et plus efficace d’avancer sur des tâches en prenant le temps de s’y concentrer plus que quelques minutes.

Cette méthode se rapproche du “Deep Work” qui consiste à se réserver de grands créneaux de temps pour réfléchir et avancer sur des projets qui demandent beaucoup de concentration. Apprendre à éviter les distractions et le papillonnage en quelque sorte.

Construisez-vous une routine d’habitudes et bloquez des temps dans votre agenda.

Prioriser, savoir dire non, assumer vos priorités et vous y tenir

La priorisation est un point souvent fâcheux mais pourtant l’un des plus problématiques. 😅 Qu’on se le dise, les “je n’ai pas le temps” sont majoritairement des “je ne prends pas le temps”.

Ça ne veut pas dire qu’il est facile d’incorporer la tâche en question dans notre quotidien. Ça veut juste dire qu’on ne la trouve pas suffisamment importante pour la faire à la place d’une autre. On ne la priorise pas. C’est donc un CHOIX. On en est responsable et non victime 😉

C’est OK mais une fois que ce choix est fait, alors il faut l’assumer. Si c’est important et prioritaire pour vous, donnez-vous RÉELLEMENT les moyens de le faire.

Faites preuves d’autodiscipline, ne changez pas d’avis tous les 4 matins et sachez vous secouer un peu. 🤷‍♀️ Bloquez un temps dans votre agenda pour réaliser la tâche comme un vrai RDV que vous ne pouvez pas annuler au dernier moment.

Autrement, il vaut mieux laisser tomber ou remettre à plus tard et accepter que ce n’est pas le bon moment. Il ne sert à rien de s’engager dans plein de projets à la fois si c’est pour les mener qu’à moitié et ne pas tenir vos engagements. Le tout, en étant débordée et en ayant bien conscience de ne rien faire correctement.

C’est désagréable pour tout le monde : autant pour vous que pour ceux autour qui pâtissent de votre travail désorganisé.

Anticiper et ne pas attendre le dernier moment

Ne faites pas l’autruche quand vous savez que vous avez une charge de travail conséquente qui arrive. 🙄 Ne vous engagez pas dans des délais couts ou de nouveaux projets alors que vous partez en vacances dans 1 semaine. N’attendez pas non plus le dernier moment pour faire ce que vous avez à faire 🤯

Depuis l’école, il y a toujours eu l’équipe “je commence dès que possible” et l’équipe “dernière minute”. J’entends souvent dire que travailler à la dernière minute est plus stimulant, que certains sont plus performants sous pression, etc. Je l’ai moi-même déjà ressenti : on est dans le feu de l’action, on va vite, on a l’impression d’être hyper efficace.

Ça peut fonctionner de façon occasionnelle, mais sur le long terme, c’est surtout du stress, du travail bâclé et des décisions prises de façon non réfléchie.

Personnellement, je sais qu’il y a des moments où je vais avoir beaucoup de travail en termes de création de sites internet (et ça prend beaucoup beaucouuuup de temps 😅).

Dans ces périodes, je fais en sorte d’avoir avancé sur le reste de mon travail en amont : je prépare les prochaines vidéos Youtube, les articles, je finalise les plus petits projets clients… Je ne m’engage pas non plus dans de nouveaux projets ou je préviens de suite que le délai sera plus long.

De la même façon, je rentabilise les temps plus creux pour en profiter pour avancer sur d’autres choses.

Organiser votre espace de travail

Un deuxième point phare dans l’organisation est votre espace de travail et je ne parle pas ici d’espace physique, dans le sens d’avoir un beau bureau tout propre.

Ça peut jouer, on dit qu’un bureau mal rangé, c’est un esprit embrouillé et que le ranger permet d’y voir plus clair. Personnellement, l’état de rangement de mon bureau n’a pas beaucoup d’impact sur mon organisation ou ma productivité. 🤷‍♀️

Par contre, ce qui fait toute la différence, c’est l’organisation de mes outils de travail.

Des emails triés, supprimés et lus quotidiennement

J’ai 3 adresses emails qui servent toutes un but différent. J’y reçois des types d’emails bien distincts.

Je suis uniquement abonnée à des newsletters que je prends le temps de lire dans un créneau hebdomadaire dédié. Si je ne les lis pas, je me désabonne. Si je prends du retard, je fais l’effort de me bloquer 1h dans la semaine pour en lire la majorité.

Je prends un temps en début de journée et un temps en fin de journée pour répondre à mes emails et en envoyer. Sauf cas particulier, je réponds rarement à mes emails à d’autres moments de la journée.

Je trie mes boîtes emails avec des dossiers tous les jours en ne laissant que les emails à traiter dans ma boîte de réception. Ça ne me prend jamais plus de 2 minutes.

🎯  Résultat : je ne me sens pas débordée en ouvrant mon ordinateur le matin, je sais retrouver les infos rapidement et facilement quand j’en ai besoin, je vois en un coup d’oeil les emails prioritaires auxquels je dois répondre.

Je concentre toutes mes informations au même endroit

Chez Elona, on utilise un outil de gestion centralisé qui s’appelle Notion et dans lequel nous regroupons tous projets en cours, notes, idées, contenus, suivi client, tâches à réaliser…

Ainsi, je sais exactement (et Coline aussi) où trouver les informations et où reprendre un travail en cours. Je ne me perds pas dans 10 carnets différents, 3 to-do ou 4 feuilles de prises de notes…

Je diminue ma charge mentale car dès que j’ai une idée ou une nouvelle tâche à réaliser, je l’inscris dans la page dédiée de mon espace Notion. J’en suis ensuite débarrassée sans avoir à la garder dans un coin de ma tête et à m’efforcer de ne pas l’oublier.

Une To Do épurée

Personnellement, je déteste les listes to-do à rallonge.

Je sais que ça peut aider certaines personnes de tout noter sur leur to-do, jusqu’à la moindre petite tâche. De mon côté, ça me donne plutôt l’impression d’avoir un tas de choses à faire, de ne pas savoir par où commencer et ça me démoralise. 😩

Je préfère me limiter à 2-3 tâches principales par jour. Pour le reste, ayant mis une bonne routine en place (emails, comptabilité, etc), je fais mes autres tâches de la journée de façon automatique sans avoir à me poser de questions.

Mettre en place des process (ou “marches à suivre”)

Autre problème d’organisation majeur que je rencontre parmi nos clients, c’est le fait de toujours tout recommencer de 0. Pour une même tâche qui a tendance à se répéter, ils refont le même travail plusieurs fois. 🙄

Par exemple :

  • Écrire un compte-rendu client en partant d’une feuille blanche
  • Créer un post Instagram en partant de 0 ou en cherchant un nouveau modèle sur Canva
  • Réfléchir et déverser des idées sur un projet auquel ils ont déjà réfléchi mais à un endroit différent, sans reprendre le travail déjà réalisé

Ce n’est pas une bonne idée car c’est très chronophage – l’ennemi de votre organisation et de votre sérénité, c’est bien la perte de temps inutile – et ça conduit à vous embrouiller car tout devient rapidement chaotique.

Vous vous retrouvez avec un tas d’informations et de façons de faire différentes rangées à des endroits différents pour les mêmes sujets…

Je ne peux que vous conseiller de mettre en place des méthodes de travail bien cadrées et rodées et de bonnes habitudes. Ça prend plus de temps au début, vous perdrez un peu de temps avant d’en gagner, mais ça vaut le coup.

Par exemple, chez Elona, les étapes sont claires lorsqu’on a un nouveau client potentiel. On a un espace client type qu’il nous suffit de dupliquer pour chaque nouveau client. On a des supports dans toutes nos prestations qu’on partage à chacun de nos clients sans avoir besoin de les refaire à chaque fois…

Je repars aussi toujours d’une même base pour créer les images de blog, les posts Instagram ou même nos présentations pour tel ou tel évènement. La liste est longue.

Ces process évoluent régulièrement : on les adapte et on les améliore en fonction des retours, des résultats, de la facilité d’exécution, etc.

En finir avec la procrastination

La procrastination peut être un réel ennemi à votre organisation.

Procrastiner de temps en temps, ce n’est pas un problème en soi. On a pas toujours besoin d’être motivé à 100% ou de se bousculer pour faire les choses maintenant. 🤷

Cependant, quand la procrastination est automatique, au point de devenir un trait de caractère, c’est un frein réel.

Tout remettre constamment à plus tard peut avoir de lourdes conséquences : retards de paiements ou de formalités administratives avec pénalités, manque ou perte d’opportunité, engagements non tenus et projets avortés, dégradation de vos relations, stagnation de l’activité… Plus généralement, la procrastination à outrance empêche d’avancer.

J’en parle en vidéo ou dans la suite de l’article :

Si ça prend moins de 2 minutes, faites le tout de suite

Commençons déjà par éliminer la petite procrastination, celle qui ne sert à rien et qui vient s’accumuler dans notre esprit au fur et à mesure. 🧹

Ce sont toutes ces petites tâches rapides à réaliser qu’on remet pourtant toujours à plus tard : répondre à un mail, trier les derniers dossiers, mais aussi sortir les poubelles, renvoyer un courrier, lancer la machine…

La règle est simple : si la tâche à réaliser vous prend moins de 2 minutes, réalisez-là tout de suite. ⏱️

Au moins, vous en serez débarrasser et ça ne viendra pas s’ajouter à votre charge mentale. Ça vous prendra plus d’énergie de la garder dans un coin de votre tête que de la réaliser tout de suite.

Attention cependant à ne pas vous déconcentrer de plus grosses tâches dès qu’une notification survient : répondre à un email qu’on vient de recevoir alors qu’on était en train de faire autre chose de plus important par exemple.

Quand vous avez besoin d’avancer et d’être concentré sur quelque chose, réservez un créneau spécifique dans la journée pour toutes réaliser toutes ses petites tâches qui traînent.

Dans tous les cas, essayez de réaliser ses petites tâches de façon quotidienne. Si vous les laissez s’accumuler, vous vous retrouverez, après quelques jours ou semaines, avec l’impression d’avoir une tonnes de choses à faire et serez complètement découragé et débordé. 😫

Commencez par les tâches que vous aimez le moins

Il y a forcément des tâches redondantes que vous n’aimez pas réaliser et qui sont celles pour lesquelles vous avez le plus tendance à procrastiner : administratif, emails, écriture, coups de téléphone, prospection, comptabilité, etc.

Essayez de réaliser ces tâches au début de votre journée et évitez de les prévoir en après-midi ou en fin de journée. Il y a de fortes chances que vous ne le fassiez pas ! 😅

Pourquoi ?

  • Si vous prenez du retard dans votre planning, les tâches de fin de journée risquent de sauter. Ça peut se répéter pendant des semaines…
  • Après une journée de travail, vous aurez encore moins l’envie ou l’énergie de faire ce qui vous embêtait déjà de bon matin.
  • Une fois la tâche problématique réalisée, vous serez satisfait et reboosté pour le reste de la journée. Vous n’aurez plus cette “bête noire” en tête qui peut parfois nous encourager à ralentir dans le reste de notre travail pour éviter d’avoir à nous coller à la tâche qui nous rebute. Tout ça pour pouvoir faussement se dire en fin de journée “Mince, c’est bête, je n’ai pas eu le temps, je le ferai plus tard.” 🙄

Une autre alternative à cette règle que je choisis occasionnellement : me réserver une journée pour faire toutes les tâches désagréables ou pour lesquelles je procrastine depuis quelques temps. Il s’agit souvent de démarches administratives, de “gestion ménagère” ou de tâches peu intéressantes.

Nul besoin de préciser que je ne passe pas une très bonne journée MAIS ça a le mérite d’être efficace. En général, j’arrive à me débarrasser de pas mal de choses et une fois que c’est fait, je peux reprendre le cours de ma vie l’esprit plus léger 😌

Mettre en place une véritable routine

Si vous procrastinez de façon habituelle toujours pour le même type de tâche ou au même moment, il est temps de mettre en place une routine. Si vous souhaitez incorporer de nouvelles habitudes durables dans votre quotidien et arrêter de procrastiner, c’est la meilleure chose que vous pouvez faire. 🙏

Les premières fois vont être difficiles mais ça finira par devenir un automatisme.

Vous n’aurez plus besoin d’y penser pour le faire. Vous ne vous poserez plus la question du “est-ce que je le fais ou non ?” car ce ne sera plus une option.

Une théorie psychologique dit qu’il faut 21 jours pour ancrer une nouvelle habitude. Forcez-vous à tenir ces premiers 21 jours et vous verrez ensuite si ce n’est pas plus facile !

Par exemple, vous souhaitez vous remettre au sport mais vous remettez toujours la sortie gym, course ou piscine au lendemain ? Faites-vous vraiment violence les premières semaines et vous verrez que vous irez certainement plus facilement les semaines suivantes. 💪

Optez pour une routine simple. Essayez d’incorporer une nouvelle habitude à la fois. Si vous êtes trop ambitieux et cherchez à implémenter une routine irréaliste ou trop éloignée de vos habitudes actuelles, vous ne tiendrez pas.

Personnellement, c’est en réintégrant 2 sessions de 30min par semaine puis une troisième session d’1h que j’ai pu sérieusement me mettre à apprendre le piano et que j’ai pris l’habitude de m’entraîner naturellement.

Rappelez-vous pourquoi vous faites ce que vous faites

La procrastination peut être due à un manque de motivation ou à une perte de sens.

Vous n’avez pas envie de faire quelque chose et vous n’avez pas l’autodiscipline pour vous y forcer car vous n’en voyez pas ou plus l’intérêt. Quand on ne sait pas pourquoi on fait les choses, il peut être difficile de s’y mettre ou de fournir des efforts. 😬

Je le disais en introduction : plus vos objectifs et vos ambitions seront clairs, moins vous procrastinerez parce que vous verrez ces tâches comme de simples étapes vers l’atteinte de vos objectifs. Ayez donc un objectif plus long terme et ne voyez pas les tâches difficiles comme une fin en soi mais plutôt comme un moyen d’accéder à ce dont vous avez réellement envie.

Il y a une tâche pour laquelle vous n’arrêtez pas de procrastiner ? Ecrivez noir sur blanc les raisons pour lesquelles c’est important pour vous de la réaliser. Ça peut être très concret mais aussi plus abstrait (légèreté d’esprit, sérénité, fierté…). Ça vous aidera à vous motiver pour vous y atteler 🚀

Forcez vous à bloquer du temps même quand ce n’est pas “urgent”

On a tous une tendance naturelle à faire passer avant le reste ce qui est le plus urgent. C’est normal. Sauf que, parfois ce n’est pas vraiment “urgent”, on décide simplement que ça l’est. En réalité, c’est souvent une question de priorités internes. 🤓

Le problème ? Ce sont toujours les mêmes choses qui passent à la trappe et sur lesquelles on avance pas… On trouve toujours quelque chose de plus urgent ou de mieux à faire.

Pour y remédier, bloquez-vous des créneaux précis et fixes dans votre agenda pour réaliser les tâches pour lesquelles vous procrastinez et TENEZ-VOUS Y. Donnez-y autant d’importance qu’un RDV prioritaire et ne le décalez pas constamment sous prétexte que vous n’avez pas le temps ou que finalement, vous avez autre chose à faire.

C’est personnellement le conseil que j’ai le plus de mal à appliquer dans ma vie mais c’est celui qui me permet d’avancer au mieux sur des projets secondaires ou des pans de l’activité que je trouve moins intéressants ou sur lesquels je suis moins à l’aise.

En tant qu’indépendant, il faut accepter d’avoir à se coller à des tâches qui ne sont pas notre coeur de métier, notre zone de génie ou ce qu’on préfère faire. C’est nécessaire pour le bien de notre entreprise et ça fait partie des règles du jeu !

Des tâches qui ne sont pas traitées ou des problématiques sur lesquelles vous fermez les yeux peuvent, à long terme, devenir de sérieux problèmes / freins et vous risquez de vous en mordre les doigts. 😬

Découpez les grosses tâche en plus petites tâches

Toutes nos actions peuvent être divisées en un tas d’actions plus petites. Ainsi, chaque tâche peut être découpée en plusieurs petites tâches.

Par exemple, pour un article de blog, il faut d’abord trouver l’idée, puis la structure de l’article, ensuite l’écrire, le mettre en page, le publier et le promouvoir. Pour un compte rendu client, il faut déjà mettre au clair les notes, les structurer et les mettre en page, préparer le mail client et l’envoyer.

Il est moins intimidant et plus facile de commencer par l’étape 1 et d’avancer une étape à la fois plutôt que de se dire qu’il faut tout faire d’un coup. Sachant qu’en général, une fois qu’on a commencé quelque chose, il y a de plus grandes chances qu’on aille jusqu’au bout.

C’est un biais cognitif qu’on appelle biais de continuité : quand on commence quelque chose, on a envie de le terminer. La mise en route est la plus difficile.

Dans la même idée, une technique consiste à commencer à travailler sur une tâche qui nous rebute pendant 5 minutes. Ce n’est “que 5 minutes” donc mentalement, c’est plus simple de s’y mettre.

Si après 5 minutes, vous n’avez pas envie de continuer, alors vous allez faire autre chose et vous y revenez plus tard. Dans les faits, vous verrez que le plus souvent, après avoir déjà travaillé 5 minutes sur quelque chose, vous serez tenter de terminer. Simplement parce que : “maintenant qu’on y est, autant aller jusqu’au bout !”.

Limiter un perfectionnisme problématique pour le développement de votre activité

Même s’il ne semble pas lié à l’organisation, le perfectionnisme a sa place dans cet article.

Le perfectionnisme a des avantages : fournir un travail sérieux, appliqué et de qualité, approfondir notre travail, apprendre plus, progresser plus vite que quelqu’un qui se satisferait du minimum, etc.

Ces mêmes avantages, poussés à l’extrême, conduisent à plusieurs inconvénients :

  • ne jamais réussir à terminer quoi que ce soit parce que ce n’est jamais “parfait”
  • insatisfaction et frustration permanentes : vous n’êtes jamais fier.e de ce que vous faites et êtes focalisé sur le négatif.
  • perte de temps : vous passez beaucoup plus de temps que nécessaire sur certaines tâches. C’est là où le perfectionnisme impacte directement votre organisation !

Il y a aussi le perfectionnisme qui paralyse et qui sert d’excuse : “Non, je n’ai pas encore terminé… Mais tu sais je suis perfectionniste alors je veux que tout soit nickel…” 🙄 Ce perfectionnisme ne vient pas vraiment de l’envie de bien faire mais plutôt de la peur de passer à l’étape suivante.

Par exemple, si vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée de prospecter, vous préparez vos supports promotionnels ou votre argumentaire pendant des semaines car vous ne voulez pas les présenter tant qu’ils ne sont pas “parfaits”. Ce n’est pas ce qui fera la différence et vous le savez…

Voici quelques conseils pour réduire votre perfectionnisme et pouvoir avancer, avec aux choix, un format vidéo ou la suite de l’article :

La règle du 80/20 ou loi de Pareto

La loi de Pareto énonce que 80% des conséquences découlent de 20% des causes. Autrement dit, 20% de vos efforts suffisent à produire 80% des résultats. Pour obtenir les 20% restants, il faudrait fournir 4x plus de travail…

Est-ce que ça vaut le coup ? Je ne pense pas 🤷🏻‍♀️

Bien souvent, ces 20% restants consistent en des détails que personne ne verra à part vous. Ce serait “mieux” si on les avait mais ce n’est pas si grave si on ne les a pas…

Quand je me surprends à passer du temps sur des broutilles, je me demande toujours si ça fait partie des 80 ou 20% des résultats recherchés. Si ça fait partie des 20%, je laisse tomber et je passe à autre chose.

Concrètement, ça peut être des tâches toutes bêtes :

  • cherchez LA bonne photo pendant 30 minutes
  • ne pas trouver les bons mots pour une légende Instagram, un article, une newsletter…
  • buter sur une phrase d’email
  • ingurgiter une tonne d’informations sur un sujet pour TOUT savoir (impossible 😑)

“Vaut mieux fait que parfait”

Je ne sais plus où j’ai lu cette phrase pour la première fois mais elle m’a marquée. Elle est toute bête mais je me la répète plusieurs fois par jour 😅

On l’a vu : le perfectionnisme peut avoir tendance à nous faire trainer sur des tâches qui n’en valent pas la peine. En recherchant constamment la perfection – qui par ailleurs n’existe pas – on perd un temps fou sur des détails.

On se met la pression avec des exigences inatteignables et on se retrouve parfois à abandonner avant d’avoir terminé : “c’est trop de travail”, “ce n’est pas assez bien…”

N’attendez pas que quelque chose soit parfait pour oser vous lancer. Vous risquez autrement de ne jamais le faire…

On commence tous et toutes quelque part. La première fois n’est jamais parfaite, les suivantes ne le seront pas non plus, mais elles seront meilleures.

Commencez par petit et testez avant de mettre toute vos énergie et votre temps dans un projet. Vous pourrez ajuster au fur et à mesure.

Par exemple :

  • Vous souhaitez vous lancer sur Youtube ? N’investissez pas dans tout le matériel pour votre première vidéo et n’attendez pas d’être satisfait pour publier votre première vidéo.
  • Vous souhaitez lancer un programme en ligne ? Testez d’abord votre idée à votre clientèle cible et concentrez-vous sur le fond. Vous améliorerez la forme plus tard lorsque le programme aura été approuvé, que vous pourrez déléguer, etc.

Se détacher du regard des autres

Pourquoi sommes-nous perfectionniste ? Bien souvent, pour les autres ! 🤷🏻‍♀️

On peut être de nature exigeant envers soi-même mais une part de perfectionnisme est due à la peur du jugement de l’autre : “Que vont-ils penser si ce n’est pas parfait ? Ils vont me juger / me critiquer.”

Il peut s’agir d’une histoire d’égo (”je veux montrer ce que je vaux / prouver ce dont je suis capable”), d’un manque de confiance en soi (”ils ne vont pas trouver ça bien…”) ou encore de la peur de décevoir.

Retenons que :

  1. Il n’est pas possible de plaire à tout le monde
  2. Les gens sont intéressés par leur propre vie. La majorité se fichent de votre vie et oublieront tout aussi vite.
  3. Les gens sont certainement plus bienveillants et encourageants que vous le pensez. Entourez-vous des bonnes personnes 😉
  4. On est souvent plus exigeant envers soi-même qu’envers les autres (on manque d’objectivité)

Lorsque le perfectionnisme vous rattrape, demandez-vous pourquoi. Est-il légitime ou est-ce simplement la peur du jugement qui parle ? N’ayez pas peur ou honte de faire des erreurs et de vous tromper.

Par exemple :

  • Si vous vous filmez ou vous prenez en photo pour la première fois, il y a grand à parier que vous ne serez pas satisfait du résultat. Vous vous trouverez toute une quantité de défauts.
  • Personnellement, je suis très attachée à l’orthographe. À l’époque, j’avais tendance à tout relire 3 fois… C’était (trop) long. Aujourd’hui, je ne relis plus qu’une fois assez rapidement et s’il y a une faute, tant pis. Je n’en suis pas fière mais il n’y a pas mort d’homme. Ce n’est pas le plus important et ça n’impacte pas les résultats que je recherche.

Se forcer à limiter son temps passé sur une tâche

Revenons sur un point organisationnel : lorsque vous commencez une tâche et que vous savez que votre perfectionnisme peut vous ralentir, minutez votre temps passé.

Imposez-vous des temps limités ou des dates buttoirs. Cela vous obligera à prioriser, à commencer par l’essentiel et à laisser tomber les détails si vous n’avez pas le temps de les traiter ⌛

On est toujours plus efficace quand on doit terminer dans un temps défini.

Il ne s’agit pas de “bâcler” ou d’être hyper strict en arrêtant tout quand le minuteur sonne, mais simplement de cadrer votre travail et de vous fixer des limites.

Par exemple :

  • ne passez pas plus de 15 minutes sur un post Instagram ou plus de 40 minutes sur une newsletter.
  • Ne passez pas non plus de 30 minutes sur un compte-rendu client pour une séance qui a duré 1h…

Pour conclure, focalisez-vous sur l’essentiel

Quand il s’agit d’organisation, je vois trop de personnes passer plus de temps à essayer de s’organiser qu’à réellement ÊTRE organisé.

Vous n’avez pas besoin d’avoir plein d’outils différents ou de méthodes compliquées et originales pour être organisé.

C’est important pour certains, mais vous n’avez pas non plus besoin que tout soit toujours beau. Ce réflexe de toujours vouloir que ce soit parfait ou la “meilleure solution” pour commencer est une forme d’évitement et de procrastination active. Tant que je m’occupe à m’organiser ou que je n’ai pas LA bonne méthode, je ne travaille pas et je ne m’active pas à la tâche.

Je me souviens de mes années prépa où je voyais certains de mes camarades passer plus de temps à décorer leur fiche pleines de couleurs qu’à les apprendre. 🤷‍♀️

Bref, supprimez le superflu. Faites simple. C’est souvent le plus efficace.

N’oubliez pas que l’objectif principal est de vous dégager du temps en travaillant de façon plus efficace ou en travaillant moins pour un résultat équivalent voire supérieur. ☝️

Je vous invite à prendre cette question d’organisation « au sérieux ». Être mieux organisé.e peut réellement changer votre quotidien et vous permettre d’avancer plus vite et plus loin.

Vous souhaité être accompagné.e pour trouver vos marques et ce qui fonctionne pour vous ? Réservez votre appel découverte gratuit et échangeons ensemble sur la question !

Guide gratuit : 30 étapes pour développer votre activité sereinement dès maintenant ☀️

Recevez plus de 20 pages de conseils pour vous faire connaître et développer votre activité en coaching ou thérapie.

💌 En téléchargeant notre guide, vous vous abonnez à notre newsletter hebdomadaire du mardi. Vous êtes libre de vous désabonner à tout moment.
Nous n’envoyons pas de spams et garantissons la confidentialité de vos informations.

30 étapes pour développer son activité thérapeute coach Agence Elona

D’autres articles qui pourraient vous intéresser

elona agence communication bien-être thérapeutes

Qui sommes-nous ?

Nous sommes Coline & Laure, fondatrices de l’Agence Elona.

Nous accompagnons les thérapeutes et les coachs dans le développement de leur activité grâce à une stratégie et des outils de communication adaptés à leurs spécificités.

Concrètement, nous vous prêtons main forte pour faire rayonner votre activité avec :

Nous avons à cœur de vous aider à vivre sereinement de votre activité et à réaliser toutes vos aspirations.

☎️   Pour discuter de votre projet, réservez votre appel découverte gratuit.